Actualités

Sur les pas des écrivains

Article relevé sur le site Terre des écrivains. Annuaire des lieux,  publié le samedi 10 juillet 2010: Jean Guéhenno à Fougères.

Jean Guéhenno, La Foi difficile, 1957, p.10.
« Nous rêvons une vie, nous en vivons une autre, mais celle que nous rêvons est la vraie. »

Jean Guéhenno, Journal d’un homme de 40 ans, Grasset, 1934.
« C’est un principe sur lequel tous les gouvernements s’accordent sans le dire : la vie des pauvres est quelque chose d’humble, de fini, de réduit, n’est presque rien enfin, et l’on peut n’avoir point de scrupules à la supprimer tout à fait. Quand l’un de nous meurt, qui penserait comparer sa mort à la mort d’un homme riche ou d’un homme instruit ? Il semble que nous n’ayons point d’âme, point de petite machine au haut de notre tête à moudre la souffrance ou la joie. Pourtant l’âme d’un pauvre homme, comme celle du plus grand artiste, peut contenir tout l’infini. »

43 rue des Feuteries à Fougères

Le 43 rue des Feuteries, vu d’un autre angle.

43 rue des Feuteries (arrière)

L’ancienne usine Tréhu, rue de Bonabry, où Jean Guéhenno a travaillé.

L’ancienne bibliothèque de Fougères, dans laquelle Guéhenno venait jeune homme et vieil écrivain.

L’ex-café des Guéhenno, à l’angle de la rue de l’Abbé Joly et de la rue de Bonabry.

A gauche de la photo se trouvait le 11 rue des Feuteries.


Comme le remarque Patrick Bachelier dans la revue Le Pays de Fougères (n°120), Jean Guéhenno, fils de cordonnier comme Louis Guilloux et Jean Giono, n’a pas eu leur imagination fertile. Guéhenno a écrit de nombreux essais et ouvrages autobiographiques, mais un seul roman, La Jeunesse morte, publié à titre posthume aux Éditions Claire Paulhan en 2008. Il en donne lui-même l’explication : « Avant ma quinzième année, je n’eus que mes livres de classe. Je n’ai jamais lu pour m’amuser. C’est monstrueux. De là peut-être ce manque affreux d’imagination. » C’est une des raisons qui font que Jean Guéhenno est peu connu aujourd’hui… et que, comme souvent avec d’autres grands honnêtes hommes, chaque facette que l’on découvre de son œuvre et de sa vie provoque une émotion nouvelle et dessine de nouveaux horizons. Il n’y a qu’à lire le Journal d’un homme de 40 ans pour découvrir l’enfance d’un écrivain, et le Journal des années noires pour accompagner au quotidien un homme qui voit l’univers s’effondrer autour de lui.

Sa ville natale, Fougères, garde de multiples traces de l’écrivain et de ses parents, pour qui veut marcher sur leurs pas.

Jean-Marie, son père, est ouvrier dans la chaussure, conseiller municipal et syndicaliste membre de l’Union Compagnonnique de Fougères, qui, au début des années 1900, tient ses réunions dans le café des Guéhenno (voir plus bas). Angélique, la mère de Jean, est à la maison, affairée sur sa machine à coudre entre 5 heures du matin et 11 heures du soir. La vie chez les Guéhenno est soudée mais difficile.

La liste de leurs domiciles, dans le quartier ouvrier de Bonabry de Fougères, donne une idée de cette quête permanente d’une meilleure existence.

Marcel (dit Jean) naît en 1890 dans la rue Nélet (alors rue Forest). Jusqu’à ses 5 ans, il est en nourrice à Peïné, chez sa grand-tante maternelle. Il estime dans les premières lignes du Journal d’un homme de 40 ans que ce fut une chance, cela lui permit de connaître la campagne et d’échapper quelque temps à l’étau de la vie que menaient ses parents, travaillant du matin au soir dans la ville ouvrière. La famille demeure dans une pièce unique – à la fois chambre, cuisine, salle à manger, salon, atelier de couture et arrière-boutique de cordonnier – au 3ème étage de la maison du maçon Pierre Bruant, 39 rue de Nantes, de 1891 (ou 1892) à 1899.

Puis elle occupe à partir de 1899 le café qui existe toujours à l’angle de la rue de l’Abbé Joly et de la rue de Bonabry. À quelques mètres,