Guéhenno au fil des jours


Dernière mise à jour le 05 novembre 2018.

Guéhenno au fil des jours

 

  • 25 mars 1890

Naissance de  Marcel, dit Jean Guéhenno.

 

  • Hiver 1906 – 1907

Grande Grève de Fougères (nov. 1906 – 11 fév. 1907), visite de Jaurès.

 

  • 24 octobre 1906 Jean Guéhenno est bachelier (philosophie),

(Dossier jaune, Marcel Guéhenno, un élève prometteur).

 

  • 6 juillet 1907, deuxième partie du bac. de Jean Guéhenno.

 

  • 1909

Jean Guéhenno a aimé, à Fougères, une Germaine (?) Priaux (?), et a été repoussé par la mère, « matrone bourgeoise », parce que son père était mort fou.

 

  • 1910-1914

Max Lazard demande à Jean Guéhenno d’initier son fils à la Révolution.

 

  • Juillet 1910

Échec de Jean Guéhenno au concours de l’École normale supérieure.

 

  • 5 novembre 1910

Décès de Jean-Marie Guéhenno (père de Marcel, dit Jean).

 

  • 9 novembre 1910

Jean Guéhenno est licencié en philosophie.

 

  • 1911

Jean Guéhenno reçu à l’École normale supérieure.

 

  • 10 août 1914

Jean Guéhenno mobilisé, comme sous-lieutenant.

 

  • 25 janvier 1915

Départ au front de Jean Guéhenno.

 

  • 14 mars 1915 (lettre de Jean Guéhenno à André Vaillant)

Jean Guéhenno est blessé devant Ypres, cité à l’ordre de l’armée. Croix de guerre. Hôpitaux de Vlamertinghe, Zuydcoote et Rouen, puis deux mois de convalescence.

 

  • Juillet 1915

Retour de Jean Guéhenno au dépôt, puis service d’arrière.

Jean Guéhenno a été sous-lieutenant puis lieutenant au 77ed’infanterie.

 

  • 1916

17 avril, Jean Guéhenno épouse Jeanne Maurel (21 octobre 1890 – 23 avril 1933), agrégée d’histoire en 1915.

  • 1916 – 1917 – 1918

Jean Guéhenno travaille au contrôle postal à Lyon, dirige ensuite une école d’aveugles de guerre à Rochecorbon puis à Neuilly.

 

  • 20 juillet 1916

Mort de l’ami d’école de Jean Guéhenno, Marcel Étévé.

 

  • 1919

Trois grands articles de Jean Guéhenno dans La Grande Revue, « Le sens du peuple », « Le sens du monde » et « Le sens de l’avenir ».

 

  • Juin 1919

« Le sens du peuple », La Grande Revue, juin 1919, pp. 576-588.

 

  • Juillet 1919

Jean Guéhenno signe la « Déclaration d’indépendance de l’esprit ».

 

  • 20 août 1919

Démobilisation de Jean Guéhenno.

 

  • 1erseptembre 1919

Jean Guéhenno publie « Le message de l’Orient, Rabindranath Tagore », dans La Revue de Paris.

 

  • Octobre-décembre 1919

Fréquents séjours de Jean Guéhenno à Paris, il est admissible à l’agrégation, collé à l’oral (surtout pour son français, « trop peu scolaire », malgré « d’éminentes qualités personnelles, une forme très intéressante »).

 

  • 6 décembre 1919

Jean Guéhenno délégué dans la chaire de première au lycée de Douai.

Sa femme est professeure de première au lycée Fénelon à Lille, où ils habitent.

 

  • Juillet 1920

Jean Guéhenno a gardé le bénéfice de l’admissibilité pour 1920 et se trouve reçu troisième à l’agrégation.

 

  • 3 septembre 1920

Jean Guéhenno nommé professeur au lycée de Douai.

 

  • Octobre-décembre 1920

Jean Guéhenno travaille à son roman La Jeunesse morte, et fait à La Revue de Paris toutes sortes de notes sur les livres en même temps que de grands articles, « Le Sens du peuple », etc.

Il habite d’abord chez sa tante Esther (née Champion) et son mari, 117 rue Pelleport, puis avec Vaillant, au Pacific-Hôtel, 10 rue Philippe de Champaigne, dans le 13èmearrondissement. Il travaille rue d’Ulm (où il a une thurne).

 

  • 1921

Voyage de Jean Guéhenno en Italie.

 

  • Février 1921

Une proposition de Jean Guéhenno souhaitant collaborer à The New Republic, est repoussée.

 

  • Avril 1921

Projet de roman de Jean Guéhenno.

 

  • 23 février 1922

Naissante de Louise Guéhenno, dit Louisette.

 

  • 1922-1927

Jean Guéhenno au lycée de Lille (il habite 87, rue Barthélémy Delespaul).

 

  • Mars 1922

Projet de roman de Jean Guéhenno.

 

  • 16 juin 1922

Refus de La Jeunesse morte par La Renaissance du Livre.

 

  • Juillet – 1eraoût 1922

Voyage de Jean Guéhenno en Serbie avec Vaillant, séjours à Venise, Trieste, Lubiana, Spalato (Split), Salone, Raguse, Ancône. Retour sans un sou, Vaillant étant « fastueux ».

 

  • 7 août 1922

Jean Guéhenno professeur de première au lycée de Lille.

 

  • 1923

J.-R. Bloch a commencé la lecture de La Jeunesse morte.

Article de Jean Guéhenno dans La Grande Revue, « La génération de la guerre : Les témoins », pp. 496-504. C’est une discussion vigoureuse de Mesure de la France, de Drieu la Rochelle.

 

  • Avril 1923

Jean Guéhenno collabore à Europe (à partir de 1923).

 

  • 28 juillet 1925

Jean Guéhenno professeur de première supérieure au lycée de Lille.

 

  • Mai-juin 1926

Voyage de R. Tagore (malgré les mises en garde de Romain Rolland) dans l’Italie fasciste, où il est reçu par Mussolini, mais n’arrive pas à rencontrer Benedetto Croce.

Tagore ne tarde pas à dénoncer le fascisme dans la presse anglaise.

 

  • 11 mai 1926

Lettre de Louis Brun (Grasset), projet d’accord pour le Michelet de Guéhenno. Publication imminente.

  • Octobre 1926

Note de Jean Guéhenno sur L’Ascension par Lucien Bourgeois (Rieder) dans LaNRF (longue négociation sur cette note, ayant commencé en février 1926, entre Jean Guéhenno, Jean Paulhan, et Daniel Halévy).

 

  • 4 octobre 1926

Lettre des éditions Grasset à Jean Guéhenno : contrat d’auteur, rémunération pour la direction des Cahiers.

 

  • 1927

Jean Guéhenno publie L’Évangile éternel, étude sur Michelet.

 

  • 1927-1929

Jean Guéhenno au lycée Louis-le-Grand.

 

  • Mars 1927

Deux graves opérations de Jeanne Guéhenno.

Daniel Halévy met en contact Jean Guéhenno et Louis Guilloux, dont il vient de recevoir La Maison du Peuple.

 

  • Avril 1927

Numéro d’Europe  où il est question d’étudiants allemands.

 

  • Mai 1927

La collection « Les Écrits » « aile marchante des Cahiers verts » (Thibaudet).

Jean Guéhenno est directeur de la collection « Les Écrits » chez Grasset.

Premier volume de la collection : La Rencontre de Cervantès et du Quichotte, de Pierre-Étienne Martel. Le texte est précédé d’une préface-manifeste très intéressante de Jean Guéhenno.

 

  • Été 1927

Séjour de Guéhenno auprès d’étudiants allemands.

 

  • 6 juillet 1927

Jean  Guéhenno justifie l’attitude de LaNRFpour Martin du Gard.

 

  • 18 juillet 1927

Jean Guéhenno nommé professeur de seconde au lycée Louis-le-Grand.

 

  • Septembre 1927

Jean Guéhenno s’installe à Paris, Hameau des bois, 28, rue Émile-Desvaux, dans le 19èmearrondissement (autre entrée, 19 rue Paul de Kock).

 

  • Novembre 1927

Fin de La Trahison des clercs, dans LaNRF. Benda s’en prend au « pacifisme mystique », aussi délirant à ses yeux que le militantisme mystique.

 

  • 1928

Publication de Caliban parle

Retour de Jean Guéhenno à Paris.

Jean Guéhenno commence à apprendre le russe en vue de sa biographie de Lénine.

 

  • Février 1928

Compte rendu de L’Évangile éternel, par Ramon Fernandez, dans LaNRF.

Éreintement dans LaNRF  d’un article ultra-nationaliste de la Revue de France du 1erjanvier. 1928.

 

  • 1ermai 1928

Compte rendu, dans LaNRF, de la Correspondance de Jacques Rivière et d’Alain Fournier,tomes III et IV, par Jean Guéhenno.

 

  • 25 juin 1928

Appréhensions de Jean Guéhenno quant à sa biographie de Lénine.

 

  • 20 juillet 1928

Jean Guéhenno à Fougères (43, rue des Feuteries).

 

  • 2 août 1928

Appréhensions de Jean Guéhenno quant à sa biographie de Lénine.

 

  • 3 septembre 1928

Le Lénine de Jean Guéhenno devrait être fini dans six mois.

 

  • 28 septembre 1928

« Je travaille au Lénine », écrit Jean Guéhenno.

 

  • 1eroctobre 1928

Note de Jean Guéhenno dans LaNRF sur le Roman d’Aurore Dudevant (George Sand) et d’Aurélien de Sèze, p. 606.

 

  • 13 octobre 1928

Jean Guéhenno nommé professeur de première au lycée Louis-le-Grand.

 

  • 1ernovembre 1928

Jean Guéhenno publie « L’Humanité et les “ Humanités” » dans LaNRF, pp. 629-642.

Il travaille à son Lénine.

 

  • 22 novembre 1928

Romain Rolland met en garde Guéhenno contre LaNRF.

 

  • 27 novembre 1928

Pétition de 83 élèves de l’École normale supérieure au ministère de l’Instruction publique contre la préparation militaire obligatoire, dans L’Œuvre (pétition signée par Claude Jamet, alors élève à l’École. Cf. Notre front populaire).

 

  • Janvier 1929

Jean Guéhenno est le rédacteur en chef d’Europe, fondée en 1923, avec L. Balzagette.

Jean Guéhenno fait partie du Comité pour la défense de la liberté de pensée (Initiative Barbusse).

 

  • 19 janvier 1929

Entretien à l’Union pour la Vérité sur Caliban parle et L’Évangile éternel, avec Gabriel Marcel, Ramon Fernandez, Paul Desjardins, Benda, et Jean Guéhenno.

 

  • Février 1929

Compte rendu critique mais élogieux de Caliban parle, par Ramon Fernandez, dans LaNRF.

 

  • 23 février 1929

« Hommes de ce temps-Jean Guéhenno contre Robert Garric », par Maxime Némo, in Monde, p. 4.

 

  • Mars 1929

Compte rendu, assez hostile, dans LaNRF d’une séance à l’Union pour la Vérité sur Caliban parle.

 

  • 18 mai 1929

Le Lénine de Guéhenno est en panne.

 

  • 20 mai 1929
  • Romain Rolland met en garde Jean Guéhenno contre La

 

  • 8 juin 1929

Débat de l’Union pour la Vérité, à la salle des sociétés savantes, sur Les Conquérants de Malraux ; Jean Guéhenno participe au débat.

 

  • Juillet 1929

Allusion dans une lettre de Jean Paulhan à l’abandon par Guéhenno de sa biographie de Lénine.

 

  • 8 juillet 1929

Départ de Jean Guéhenno pour Montolieu.

 

  • 20 juillet 1929

Jean Guéhenno nommé professeur de première supérieure au lycée Lakanal (y enseignera jusqu’en 1939).

 

  • 31 août 1929

Allusion au Lénine de Jean Guéhenno dans une lettre à Guilloux.

 

  • Septembre 1929

Installation de Guéhenno au 9, rue des Lilas, dans le 19èmearrondissement.

Il habitait au 28 de la rue Émile Delvaux.

 

  • 6 octobre 1929

Première visite de Guéhenno à Dabit.

  • 13-20 octobre 1929

Congrès de la Fédération internationale des Unions intellectuelles à Barcelone sur la vulgarisation de la culture, conférence de Jean Guéhenno ; il accompagne Langevin, « homme vraiment supérieur », avec lequel il a « fait alliance ».

Jean Guéhenno a demandé un congé à son administration.

 

  • 13 octobre 1929

Lettre de Halévy sur la « Venise » de Guéhenno.

 

  • 25 octobre 1929

Le Lénine de Guéhenno n’avance pas.

 

  • 1930-1931

Conférence de Guéhenno en Allemagne pendant l’été.

 

  • 1930-1933

Longue tractation Paulhan/NRF-Guéhenno/Europe-Guilloux (Angelinaet Hyménée).

 

  • 15 février 1930

Jean Guéhenno, « Lettre ouverte à Julien Benda », Europe.

Dossier sur l’œuvre sociologique de Durkheim, ibid., pp. 281-304.

 

  • Mars 1930

Jean Guéhenno souffre des oreillons.

 

  • 5 mars 1930

Circulaire de Barbusse (Comité pour la défense de la liberté de pensée) à Jean Guéhenno sur l’affaire Guilbeaux.

 

  • Mi-mars 1930

Ungaretti presse Jean Paulhan d’accueillir plus souvent à LaNRF des hommes ardents comme Berl, Guéhenno, Drieu, Malraux…

 

  • 22 mars 1930

Guéhenno annonce à Romain Rolland la publication de sa « Venise »dans La NRF par un Paulhan « qui aime jouer et entremêler les fils ».

 

  • 1eravril 1930

Julien Benda, « Scholies. Lettre à Jean Guéhenno », dans LaNRF (pages 553-562), sur la notion d’héritage.

Publication dans LaNRF de « Venise 1921 ou la dixième ombre », pp. 476-492.

 

  • Juillet 1930

Séjour de Guéhenno en Allemagne.

 

  • 15-16 juillet 1930

Jean Guéhenno à Cologne : conférence et « bavardages », de huit heures trente à minuit.

 

  • 16 juillet 1930

Remontée du Rhin, arrivée à Coblence.

 

  • 17 juillet 1930

Arrivée de Jean Guéhenno à Marbourg.

 

  • 18 juillet 1930

Retour en France.

 

  • 11 septembre 1930

Les Nazis obtiennent 107 députés au Reichstag.

 

  • 17 décembre 1930
  • Importance pour Dabit des témoignages de Paulhan, Chauveau, Guéhenno, Martin du Gard.

 

  • 1931

Premier projet d’œuvre sur Rousseau (alors que Guéhenno le fait remonter à 1933 seulement). Rabindranath Tagore : Letters from Russia (censurées en Grande-Bretagne), dans lesquelles l’auteur se montre très admiratif de l’œuvre éducative des Soviétiques qu’il oppose à la négligence britannique aux Indes.

Publication dans LaNRF de Jules Vallès, Souvenirs d’un étudiant pauvre (Mémoires vrais).

 

  • Janvier 1931

Allusion dans une lettre de Jean Guéhenno à Romain Rolland à des discussions confuses à L’Union pour la Vérité. Aveuglement à l’égard de l’Allemagne et de l’Italie, haine à l’égard de l’URSS.

 

  • 15 février 1931

Publication élogieuse du plan quinquennal de l’URSS, « le fait le plus considérable de l’économie contemporaine », dans Europe.

Jean Guéhenno, « Lettre à un ouvrier sur la culture et la révolution », Europe, pp. 193-211.

 

  • 28 février 1931

Lettre de Martin du Gard à Jean Guéhenno ; il y exprime sa particulière sympathie pour Europe.

 

  • Mars 1931

Publication de la traduction des Lettres de Sacco et Vanzetti par Jeanne Guéhenno ; lettre de Jean Guéhenno à Jean Giono : conspiration du silence, l’ambassade américaine fait racheter tous les exemplaires.

 

  • 15 mars 1931

Babelon refuse à Guéhenno/Europe la publication de lettres inédites de Diderot : le contrat est déjà signé avec LaNRF.

 

  • 24 mai 1931

Allusion de Jean Guéhenno aux notes accumulées sur Lénine.

 

  • Juin 1931

Jean Guéhenno invité par le professeur Friedmann, directeur du département de français de l’université de Leipzig.

 

  • 5 juin 1931

Conférence de Guéhenno à Leipzig, l’administration lui a accordé un congé.

L’auditoire est fait de gens « impénétrables », le parti hitlérien est de plus en plus fort, passage à Berlin. « Je ne suis pas trop tranquille ».

 

  • 17 septembre 1931
  • Grenier à Jean Guéhenno : Jean Paulhan annonce que la note sur Sacco va enfin passer dans La NRF (octobre 1931, pp. 618-619).

 

  • 29 septembre 1931

Mort de la mère de Jean Guéhenno, Angélique Girou.

 

  • 1eroctobre 1931

Compte rendu très sympathique de Marc Bernard, dans LaNRF,de Conversion à l’humain.

 

  • Octobre 1931

Projet de livre sur Lénine. 

 

  • Fin octobre 1931

Romain Rolland attire l’attention de Jean Guéhenno sur la nécessité d’avoir un numéro d’Europe aussi prestigieux que celui de LaNRF pour l’hommage à Gœthe.

 

  • 25 novembre 1931

Débat à la salle d’Iéna avec B. Crémieux, J. Maxence, A. Chamson, R. Fernandez, E. Berl, J. Guéhenno, sur le thème : « L’après-guerre est-elle terminée ? », à la suite de l’enquête de R. Brasillach dans Candide. Public de 300 personnes. (D’après Jean-Luc Maxence, qui se réfère au livre de son père, ce débat aurait eu lieu pendant l’été de 1931).

 

  • Décembre 1931

Jean Guéhenno, « Exposition Simon Mondzain », NRF, pp. 963-966.

 

  • 7 décembre 1931

Réunion agitée convoquée par Monde dans la salle du Grand Orient, rue Cadet.

Barbusse et Léon Werth, ont invité, pour parler de la littérature prolétarienne, Guéhenno et Robertfrance pour Europe, H. Poulaille, L. Lemonnier, F. Lefèvre, A. Chamson, L. Guilloux, M. Bernard, (Cf. P. Baudore, Barbusse,Flammarion, 1995, pp. 331-332).

 

  • 1932

Abandon du projet de livre sur Lénine.

Jean Guéhenno fait partie du Comité d’initiative du Congrès mondial contre la guerre (avec Roger Martin du Gard, Barbusse, Rolland, Bloch).

 

  • Janvier 1932

Rechutes successives de Jeanne Guéhenno.

 

  • 15 janvier 1932

Jean Guéhenno est le seul rédacteur en chef d’Europe ;le directeur en est Albert Crémieux (depuis janvier 1934).

 

  • 16 janvier 1932

Soirée chez Guéhenno : Dabit, Guilloux, Chamson, Mondzain.

 

  • Février 1932

Ouverture à Genève de la Conférence du Désarmement. L’Allemagne demande que la France désarme ou bien alors, au nom de l’égalité des droits, que l’on autorise l’Allemagne à réarmer. La manœuvre s’appuie sur le Traité de Versailles et a le soutien, encore à cette date, des gouvernements anglais, américain, et soviétique, ainsi que celui de l’opposition de gauche en France.

 

  • Mars 1932

Fondation de l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires(AEAR).

Manifeste du n°1 du Bulletin des écrivains prolétariens, signé par Dabit (Marc Bernard, rédacteur en chef).

 

  • 1ermars 1932

Lettre de sympathie de Martin du Gard à Jean Guéhenno sur Europe.

Lettre de Jean Paulhan à Jean Guéhenno le même jour.

 

  • 15 mars 1932

« Les intellectuels et le désarmement », dans Europe.

 

  • Printemps 1932

Polémique Paulhan-Guéhenno sur le pacifisme (une lettre de Vildrac à ce sujet classée par erreur en 1929-1932 dans les Archives Guéhenno). L’Allemagne, au nom de l’égalité des droits, demande, avec le soutien de l’Angleterre et des États-Unis l’autorisation de doubler les effectifs de son armée et de se doter d’armes lourdes.

 

  • Avril 1932

« Le désarmement des intellectuels », par Jean Guérin, dans LaNRF.

Hitler obtient 36,8% des voix contre Hindenburg.

 

  • Mai 1932

Voir le numéro de LaNRF  pour le débat sur le pacifisme avec Guéhenno.

 

  • 9 mai 1932

Lettre de Jean Paulhan à Martin du Gard sur la position de Jean Guéhenno.

 

  • Juin 1932

Jean Guéhenno adhère au Congrès contre la guerre de Barbusse.

LaNRF publie l’appel de Rolland contre la guerre (vers un congrès mondial contre la guerre), comme Europe et Monde.

 

  • 6 juin 1932

Jean Paulhan envoie à Jean Guéhenno un passage d’une lettre de Martin du Gard très favorable à ce dernier. Il répond le même jour à Martin du Gard.

 

  • 15 juin 1932

Lettre ouverte dans Europede Jean Guéhenno à Jean Paulhan, sur la violence révolutionnaire.

 

  • Juillet 1932

Lettre de Jean Paulhan à Gide sur l’appel de Romain Rolland, « mal écrit et mal pensé ».

 

  • 15 juillet 1932

Réponse de Jean Paulhan dans Europe.

 

  • 31 juillet 1932

Avec 230 députés, les Nazis deviennent le premier parti au Reichstag.

 

  • Août 1932

LaNRF publie l’appel de Rolland pour la réunion d’un Congrès contre la guerre, comme Europe et Monde.

 

  • 9octobre 1932

Jean Guéhenno soutient Jacques Martin devant le Conseil de guerre.

 

  • 15 octobre 1932

Jean Guéhenno, « Le système des circonlocutions », in Europe, pp. 267-271.

 

  • 15 novembre 1932

Publication dans Europed’un appel en faveur de Guilbeaux (Guéhenno, Chamson, Bloch, Alain, Berl, Vildrac, Rolland, Gide).

Publication dans Europedes « Notes d’un témoin », de Jean Guéhenno sur l’affaire Jacques Martin (Jacques Martin sera libéré en avril 1933 : lettre faussement classée en 1936 dans Archives Guéhenno ?)

Discours d’hommage «  À Jacques Robertfrance » de Jean Guéhenno, in Europe, novembre 1932, pp. 349-351.

Publication dansEurope d’un compte rendu de Lettres d’étudiants allemands tués à la guerre (1914-1918), Les Documents bleus, La NRF, 1932, préface et post-scriptum de Paul Desjardins (qui avait apporté le texte à Paulhan), pp. 469-470.

 

  • Novembre 1932

Lettre très dure de Jean Paulhan à Jean Guéhenno sur LaNRF, Europe, les « pseudo-révolutionnaires ».

 

  • 5 décembre 1932

Lettre de Paulhan à Grenier : « Je crois que l’état de Jeanne Guéhenno est très grave. Guéhenno paraît tout à fait triste et frappé. (C’est vraiment quelqu’un de très bien, que j’aime beaucoup). »

 

  • 11 décembre 1932

À Genève, le principe de l’égalité des droits en matière d’armements est reconnu au profit de l’Allemagne.

 

  • 30 décembre 1932

Allusion dans une lettre de Grenier à Jean Guéhenno de l’amitié de Paulhan pour ce dernier.

 

  • 27 février 1933

Incendie du Reichstag (cf. 3 mars 1933).

 

  • Mars 1933

Ordre du jour de Valensole sur la guerre (correspondance Giono-Guéhenno).

 

  • 12 mars 1933

Rencontre Dabit-Guéhenno.

 

  • 21 mars 1933

Salle du Grand Orient, rue Cadet, grande réunion de l’AEAR, « Contre le fascisme en Allemagne », avec discours de Gide (président de séance), Guéhenno, Malraux, Dabit.

Jean Guéhenno semble ne pas avoir été invité, mais s’y est rendu : « Le devoir des écrivains est dans l’engagement ». Hommage à Gide et aux écrivains allemands. « Libérez Thaelmann ».

 

  • 5 avril 1933

Lettre de Guilloux à Jean Guéhenno sur ses démêlés politico-littéraires ( ?) avec Jean Paulhan à propos d’Histoires de brigands.

 

  • 24 avril 1933

Mort de Jeanne Guéhenno à Montolieu.

 

  • Mai 1933

Rencontre de Dabit avec Guéhenno, déjeuner impromptu, tristesse et solitude de Guéhenno après la mort de sa femme.

 

  • 17 mai 1933

Soirée Dabit avec Guéhenno.

 

  • 15 juillet 1933

Notes de lectures de Guéhenno dans Europe, « La nature humaine est-elle en train de changer en Russie ? », pp. 435-439 (à propos du livre de Klaus Mehnert).

 

  • 24 août 1933

Lettre de Jean Guéhenno à Romain Rolland à propos de l’affaire Victor Serge : pression des lecteurs d’Europe, démarche de Jean Guéhenno à l’ambassade d’URSS.

 

  • 22 septembre 1933

Grande réunion communiste avec Malraux, Guéhenno, Éluard, sous la présidence de Gide.

 

  • 12 octobre 1933

Jean Guéhenno décide de recommencer le Journal d’un homme de 40 ans.

 

  • 10 novembre 1933

Allusion de Jean Guéhenno aux centaines de pages écrites sur Lénine il y a quelques années. Il se demande s’il va les reprendre.

 

  • 10 février 1934

Soirée chez Jean Duval, avec Dabit, Guéhenno.

 

  • 12 février 1934

Jean Guéhenno collabore à la 7è Feuille Rouge de l’AEAR, préparant la grève générale du 12 février.

 

  • Mars-avril 1934

Des ouvriers écrivent, compte rendu dans Commune.

 

  • 2 mars 1934

Première rencontre de Guéhenno avec Eddy du Perron, celui-ci a écrit une critique laudative sur le Journal d’un homme de 40 ans, dans la revue Forum. D’autres critiques ont été écrites par Menno Ter Braak et Jacques Gans.

 

  • 28 mars 1934

Jean Guéhenno achève le second brouillon du Journal d’un homme de 40 ans.

Le Journal d’un homme de 40 ans s’est d’abord appelé Cantique de l’Arc [Cantique de David, dans SamuelII 1, après la mort de Saül et de son fils Jonathan], et Le plus humble des Européens.

 

  • 1ermai 1934

Appel aux travailleurs, dans LaNRF, signé par Malraux et Guéhenno ; Jean Paulhan s’abstient.

 

  • 11 mai 1934

Lettre de Jean Prévost à Jean Guéhenno sur l’échec des universités populaires.

 

  • 20-21 mai 1934

Grand meeting de Barbusse au bois de Vincennes pour la libération de Thaelmann.

Soutien de Rolland, Guéhenno, Vlaminck, Signac, P. Hamp, Giono.

 

  • 1erjuin 1934

Discours de Jean Guéhenno au meeting de l’AEAR.

 

  • 17 juin 1934

Barbusse fait appel à Jean Guéhenno à propos de Thaelmann.

 

  • 15 juillet 1934

Dans la série des Notes de lectures de Guéhenno, « La République des petites gens », sur le livre de D. Halévy, La République des comités, essai d’histoire contemporaine de 1895 à 1934, in Europe,pp. 412-418.

 

  • 24 août 1934

Lettre de Romain Rolland sur Journal d’un homme de 40 ans, dont Europe vient de commencer la publication (jusqu’à octobre).

 

  • 31 août 1934

Jean Guéhenno travaille à remanier la dernière partie du Journal d’un homme de 40 ans.

 

  • 29 octobre 1934

Lettre de sympathie de Martin du Gard à Jean Guéhenno sur Europe.

 

  • 1ernovembre 1934

Compte rendu par Jean Grenier du Journal d’un homme de 40 ans, dans LaNRF (signale les trois parties publiées dans Europe d’août à octobre 1934).

 

  • 15 novembre 1934

Numéro spécial d’Europe, 1914-1934.

 

  • 24 novembre 1934

Jean Guéhenno parle à la radio, au « micro des PTT ».

 

  • 1935

Article de Jean Guéhenno, dans Marianne, sur Le Temps du mépris, d’André Malraux. Réflexion sur ce que signifie « Changer la vie ».

 

  • 13 janvier 1935

Allusion de Guilloux à un projet de roman de Jean Guéhenno.

 

  • 26 janvier 1935

Débat à l’Union pour la Vérité sur « la conversion de Gide au communisme » : Gide, Guéhenno, Halévy, Maritain, Mauriac, Gabriel Marcel, Étiemble.

 

  • Février 1935

Jean Guéhenno fait une conférence à Amsterdam.

 

  • 27 février 1935

Dabit revoit Sous les toits de Paris, de René Clair, à la Bellevilloise. Guéhenno, présent dans la salle, apprécie beaucoup moins le film. Différence culturelle d’appréciation.

 

  • Mars 1935

Conférences de Guéhenno à Amsterdam, Utrecht, Hilversum, Bussum aux Pays-Bas.

 

  • 5 mars 1935

Rencontre Guéhenno-Ter Braak à La Haye.

 

  • 14 Avril 1935

Montolieu, décès de Mme Marie-Louise Maurel, née Gisclard, le 3 avril 1861 à Castelnau de Brassac dans le Tarn, épouse de Léopold Maurel (1866-1943).

 

  • 15 avril 1935

Lettre d’Ignazio Silone à Jean Guéhenno, exprimant sa méfiance à l’égard de Barbusse et des manipulations communistes, au sujet du Congrès international pour la défense de la culture.

 

  • Juin 1935

Réunion chez Guéhenno, avec Chamson, Dabit, Mondzain, Louis Guilloux, pour préparer le Congrès international des Écrivains pour la Défense de la Culture.

Attaque de Benda dans LaNRF contre les « fanatiques » (Guéhenno, Maurras, Langevin, Kérillis) : « Il faudrait voter sans marchandage des mesures militaires permettant à la France de faire face aux fascistes d’Outre-Rhin ».

Débat à l’Union pour la Vérité sur le livre de Malraux. Colère de Gide contre Guéhenno parlant de ceux « qui cultivent leur différence ».

 

  • 8 juin 1935

Entretien à l’Union pour la Vérité de la rue Visconti, sur l’héroïsme dans la littérature, en fonction du communisme (Maulnier, Maxence, Du Bos, Gide). Crise d’éloquence de Guéhenno, selon Schlumberger.

 

  • 21-25 juin 1935

Jean Paulhan représente LaNRF au Congrès International des Écrivains pour la Défense de la Culture. Jean Guéhenno s’y révèle un tribun, à la désolation de Mme Van Rysselberghe. Discours de Gide, prononcé le 22 juin.

 

  • 24 juin 1935

Guéhenno ramène Dabit en voiture, vers deux heures du matin (le 25) à Belleville.

 

  • 25 juin 1935

Séance de clôture du Congrès International des Écrivains pour la Défense de la Culture au Palais de la Mutualité. Crise d’hystérie de Guéhenno selon Schlumberger.

 

  • 14 juillet 1935

Serment du Front populaire (Guéhenno, Kayser, Chamson). Immense manifestation populaire, défilé de la section du CVIA (Comité de vigilance des intellectuels antifascistes) avec Malraux, Guéhenno, Jules Romains, Andrée Viollis. Barbusse est au cœur de la manifestation (avec Thorez et Paul Faure).

 

  • 18 juillet 1935

Armand Robin explique son choix de ne pas collaborer à Europepar son hostilité à la tromperie organisée autour de l’URSS (Archives Guéhenno).

 

  • 15 septembre 1935

Jean Guéhenno a donné son adhésion au Comité international d’aide aux emprisonnés et déportés antifascistes italiens, dont le président est J.-R. Bloch (dans Europe).

 

  • 4 octobre 1935

Manifeste dans Le Temps, « Pour la défense de l’Occident », signé de 64 écrivains de droite, dont certains proches de LaNRF (Henri Ghéon, Drieu la Rochelle).

Contre-manifeste de Jules Romains, avec la plupart des écrivains de LaNRF  (Copeau, Claudel, du Bos, Mauriac) dans Sept, « Pour la justice et la paix »+ lettre ouverte avec soutiens de Gide, Chamson, Guéhenno, Cassou, Schlumberger, Montherlant, Martin du Gard.

 

  • 4 novembre 1935

Meeting à la Mutualité de l’Association internationale des écrivains pour la défense de la culture, réaction au manifeste des 64 sur l’Éthiopie, discours de Guéhenno.

 

  • 10 novembre 1935

Premier numéro de Vendredi.

 

  • 15 novembre 1935

Réponse aux intellectuels fascistes soutenant la politique italienne en Éthiopie, dans Europe (Montherlant, Gide, Guéhenno).

La publication de Jeunesse de la France commence dans Europe.

 

  • Décembre 1935

Débat « Défense du roman français. Ce que signifie Le Sang noir », avec Gide, Guilloux, Malraux, Cassou, Dabit, Aragon, Guéhenno.

La publication de Jeunesse de la France continue dans Europe.

 

  • 1936

Jeunesse de la Franceen volume.

 

  • 10 janvier 1936

Article de Jean Guéhenno, dans Vendredi, « La guerre est à droite », sur un récent article de Thibaudet dans LaNRF.

 

  • Février 1936

Départ d’Europe de Jean Guéhenno.

Sur le départ d’Europe,voir La Foi difficile,p. 96 sq.,L’Indépendance de l’esprit, p. 425 (note 372), Dernières lumières, derniers plaisirs, p. 52.

 

  • 15 février 1936

Jean Guéhenno s’en prend au « culte du marxisme » dans Europe (dernière partie de Jeunesse de la France). Marx n’est pas « une sorte de Christ, mécanicien et ingénieur » ! (cf. aussi lettre du 20 avril 1938 à François Walter).

 

  • 16 février 1936

« Chant de confiance en la Russie », de Jean Guéhenno, dans Vendredi.

 

  • 2 (?) ou 3 mars 1936

Conférence de Jean Guéhenno pour « Savoir », sur Romain Rolland.

 

 

  • 1eravril 1936

Jean Guérin, dans LaNRF, regrette le départ de Guéhenno et se demande si Europe sans lui gardera son âme.

 

  • 24 avril 1936

Article, dans Vendredi,de Jean Guéhenno, le « partisan » face au tenant du pluralisme libéral, sur la mort de Thibaudet (cf. aussi un article d’Europe, en décembre 1932).

 

  • 15 mai 1936

Le Comité de direction d’Europecomprend : R. Rolland, Aragon, Bloch, Chamson, Durtain, Lalou, Maublanc (philosophe et camarade de promotion de Jean Guéhenno) ; le rédacteur en chef est Jean Cassou.

 

  • Juin 1936

Conférences de Chamson et Jean Guéhenno à Grenoble, Montpellier, Vichy, Nevers.

Conférence de Jean Guéhenno sur « l’esprit du 19èmesiècle », dans la Manche.

Voyage de Jean Guéhenno en Tunisie, conférences sur Hugo, Baudelaire, la poésie moderne.

 

  • 25 juin 1936

Guéhenno est membre du C.V.I.A., Comité de vigilance des intellectuels antifascistes.

 

  • Août 1936

Jean Guéhenno fait chevalier de la Légion d’honneur.

 

  • 21 août 1936

Mort de Dabit à Sébastopol : assassiné par les Soviétiques ? Serait mort de la scarlatine alors qu’il avait déjà eu cette maladie.

 

  • 1eroctobre 1936

Compte rendu de Jeunesse de la France, dans LaNRF, par Jean Grenier, pp. 724-726.

 

  • 8 octobre 1936

Réunion constitutive des groupes « Savoir » (Chamson, Jean Guéhenno, Andrée Viollis, Aragon, Cassou).

 

  • 16 octobre 1936

Vendredi décrit la mise en place des groupes « Savoir » et leur organisation, après un grand meeting à la Mutualité tenu quelques jours avant. Interventions de Chamson, Jean Guéhenno.

 

  • 23 octobre 1936

Éloge de Dabit par Guéhenno, dans Vendredi : « La bourgeoisie ne l’avait pas touché ».

 

  • 24 octobre 1936

Paulhan à Guéhenno : « nous sommes sur le point de changer d’imprimeur. LaNRF va passer de Paillart (Abbeville) à Bussière (Saint-Amand). »

 

  • 12 novembre 1936

Paulhan invite Gide à venir parler à Châtenay, à peu près dans les mêmes termes que ceux employés pour inviter Guéhenno.

 

  • 20 novembre 1936

Article de Jean Guéhenno sur Roger Salengro dans Vendredi.

 

  • 30 novembre 1936

Réunion à la Mutualité : « La calomnie n’est pas française », avec Langevin, Aragon, Cassou, Chamson, Jean Guéhenno, Vildrac.

 

  • 21 janvier 1937

Réunion du groupe « Savoir » avec Gide, Chamson, Guéhenno.

 

  • 29 janvier 1937

Conférence de Jean Guéhenno sur Culture et Révolution.

 

  • 5 février 1937

Article de Jean Guéhenno dans Vendredi : « La mort inutile » (sur les procès de Moscou).

 

  • 7 février 1937

Lettres à un camarade sur la culture et la révolution (première lettre), par Jean Guéhenno, in Le Populaire, rubrique « La vie et son image », p. 4.

« Nous sommes heureux d’annoncer ici la publication d’une série de« Lettres à un camarade », de Jean Guéhenno, lettres qui paraîtront alternativement dansLe Populaireet dansVendredi ». Guéhenno annonce son programme : « Je te raconterai mes songes. Tu m’aideras à reprendre terre. »

 

  • 22 février 1937

Guéhenno signe la pétition pour Emilio Adolpho von Wedstphalen (initiative d’Aragon, J-R Bloch, A. Chansom, A.Malraux, R. Blech).

 

  • 24 février 1937

Guéhenno signe la pétition de l’Association internationale des écrivains pour la défense de la culture en faveur du Dr Hans Muhlestein (Suisse).

 

  • 25 mars 1937

« Lettre à un camarade sur la culture, la vie et la révolution » (deuxième lettre), par Jean Guéhenno ». La culture, c’est la révolution ! Et la révolution, c’est la culture ! Il n’est pas un travailleur qui en doute (…). » [+ réflexion poursuivie sur l’art de vivre de Montaigne], in Le Populaire, Rubrique « La vie et son image », p. 5.

 

  • Avril 1937

Jean Guéhenno dans ses « Notes sur Voltaire » publiées dans LaNRF, pp. 527-537, s’élève contre le respect mal compris de l’opinion populaire et le conformisme.

  • 10 mai 1937

« Lettre à un ou une camarade sur la culture, la vie et la révolution » (troisième lettre), par Jean Guéhenno »,  in Le Populaire, Rubrique « La vie et son image », p. 5. [Commentaire de la formule de Montaigne : « C’est une absolue perfection et comme divine de savoir jouir loyalement de son être ». « Point d’humanisme sans un acte de foi dans l’homme (…) »] [Montaigne programmait le « devoir de bonheur », qui s’est étendu à tous les hommes du XXesiècle. Longue citation de Walt Whitman.]

 

  • Fin mai-juin 1937

Voyage de Jean Guéhenno en Algérie, rencontres avec J. Grenier, Ed. Poignant.

 

  • 18 juin 1937

Jean Guéhenno critique l’ancienne et la nouvelle féodalité en Algérie (Vendredi, « Dix jours en Algérie ou la misère au soleil »).

 

  • 21 juin 1937

Conférence de Jean Guéhenno pour « Savoir », sur Péguy, Barrès, Jaurès et Gide.

 

  • 9 juillet 1937

Article de Jean Guéhenno, dans Vendredi, « Examen de conscience, l’Espagne et l’Europe ».

Conférence de Jean Guéhenno pour « Savoir », sur Montaigne.

 

  • 9 septembre 1937

Jean Guéhenno, « Mérite et privilège, sur la naissance de la Troisième République », Vendredi(à propos de la publication de deux volumes de D. Halévy La Fin des Notables et La République des ducs ; l’Union pour la Vérité a organisé un débat sur « la naissance de la Troisième République », avec la participation de Jean Guéhenno, D. Halévy, R. Dreyfus.

 

  • 10 décembre 1937

Enthousiasme de Guéhenno pour Dolorès Ibarruri Gomez, La Pasionaria, à la suite de son meeting au Vélodrome d’hiver, dans Vendredi. Vive réaction de Giono.

 

  • 22 décembre 1937

Conférence de Guéhenno, à Radio-Paris, sur « les devoirs de la radio envers l’esprit ».

 

  • 7 janvier 1938

Jean Guéhenno, « L’Asile du bonheur ou les devoirs des gens heureux », Vendredi.

 

  • 21 janvier 1938

Appel des intellectuels pour la poursuite de l’expérience du Front populaire.

Jean Guéhenno, « La radio et l’esprit », Vendredi.

 

  • 11 février 1938

Article de Jean Guéhenno dans Vendredi, « L’Europe délire. La question de la paix commande tous les autres problèmes ». Le pain et la liberté ne peuvent pas être des priorités, si la guerre et le fascisme peuvent les menacer.

 

  • 13 mars 1938

Conférence de Jean Guéhenno à Cahors sur l’humanisme moderne, sous les auspices de la FOL du Lot (présence du Préfet et de l’Inspecteur d’académie).

 

  • 20 mars 1938

Ce Soir lance un appel à l’union nationale, signé par Aragon, Bernanos, Chamson, Colette, Lucien Descaves, Guéhenno, Mauriac, Maritain, Montherlant, Jules Romains et Jean Schlumberger.

 

  • 25 mars 1938

Publication dans Vendredid’un manifeste, appel à la fraternité et à l’unité (Bernanos, Chamson, Colette, Lucien Descaves, Guéhenno, Mauriac, Maritain, Montherlant, Jules Romain et Jean Schlumberger.)

Violente réaction d’Armand Robin le jour même (Archives Guéhenno).

 

  • 28 mars 1938

Conférence de Guéhenno sur Rousseau et Voltaire, au local de « Savoir ».

 

  • 1eravril 1938

Jean Guéhenno décrit très exactement la Collaboration telle qu’elle s’engagera entre certaines élites françaises et les Allemands en 1940, dans Vendredi, « Au fond de l’absurde, le pacifisme n’est pas une tactique ».

 

  • 13 mai 1938

« Au-devant de la vie », de Jean Guéhenno, met fin à l’expérience de Vendredi.

 

  • Juin 1938

Voyage de Jean Guéhenno en Tunisie.

 

  • 20 juin 1938

Réunion du groupe « Savoir » avec Chamson, Guéhenno.

 

  • 10 novembre 1938

Dernier numéro de Vendredi(qui se prolonge quelque temps par Reflets).

 

  • 1939

Portrait de Voltaire dans le Tableau de la littérature française.

Jean Guéhenno : Journal d’une « révolution » 1937-1938.

 

  • 1ermars 1939

Journal de vacances 1937-1938, de Jean Guéhenno, dans LaNRF,pp. 393-406.

 

  • 1eravril 1939

D’un journal de vacances,de Jean Guéhenno, dans LaNRF,pp. 599-605.

 

  • 11 avril 1939

Bernard Grasset, « à la veille de tirer », écrit à Guéhenno pour le dissuader d’adopter le titre Journal de la « Révolution ». Il lui propose Journal d’une Révolution ou Journal d’une Révolution manquée.

 

  • Juin 1939

DansEsprit, compte rendu de Journal d’une « révolution » : « J. Guéhenno : À propos du Journal d’une « révolution », par Armand Robin, pp. 453-455.

Séance de l’Union pour la vérité, sur le centenaire de la Révolution française, organisée par Jean Guéhenno et présidée par André Gide.

 

  • 1erjuin 1939

Compte rendu du Journal d’une « révolution », dans LaNRF, par A. Petitjean.

 

  • 4 octobre 1939

Lucien Jacques demande l’aide de Jean Guéhenno (lettre citée dans lettre à Jean Paulhan du 9 octobre 1939).

 

  • 1939 – 1940

Jean Guéhenno replié à Clermont-Ferrand. Guéhenno présent à Clermont-Ferrand du 18 octobre 1939 au 4 septembre 1940, bref séjour à Paris du 11 mai au 18 mai 1940, passage à Montolieu au cours de l’été 1940.

 

  • Novembre 1939

Vaillant encourage Jean Guéhenno à accepter l’idée de publier des chroniques dans Marianne.

 

  • 11 décembre 1939

Jean Grenier annonce à Guéhenno qu’il est réformé temporaire et libéré.

 

  • Fin décembre 1939 – début 1940

Jean Guéhenno écrit la première partie de ce qui deviendra La part de la France.

À Chamalières, il habite 14, rue Dolly.

 

  • 1940-1941

Jean Guéhenno a une première supérieure au lycée Henri IV.

 

  • Janvier 1940

Blanzat encourage Guéhenno à accepter l’idée de publier des chroniques dans Marianne.

Émission de Jean Guéhenno sur Phèdre à la radio.

 

  • 17 janvier 1940

Première chronique de Jean Guéhenno dans Marianne, « La part de la France ».

 

  • 7 février 1940

« Quand la France commençait », de Jean Guéhenno, dans Marianne.

 

  • 6 mars 1940

« La France de tous les Français », de Jean Guéhenno, dans Marianne.

 

  • 10 avril 1940

« Ce fameux dynamisme », de Jean Guéhenno, dans Marianne.

  • 15 mai 1940

« De Descartes à Péguy », de Jean Guéhenno, dans Marianne.29 mai 1940

Jean Guéhenno publie « La part de la France, L’épreuve » dans Marianne.

 

  • 22 mai 1940

Jean Paulhan prend la défense d’Aragon dans une lettre à Drieu, qui menace de démissionner de La NRF.

 

  • 3 juin 1940

Bombardement de Paris : ministère de l’Air, Citroën quai de Javel.

 

  • 17 juin 1940-27 août 1940

Tractations pour la reparution de L’Humanité.

 

  • Juillet 1940

Vague projet de Guéhenno de demander une chaire en Amérique.

 

  • 4 Juillet 1940

Entretien Jean Guéhenno – Léon Blum à Clermont-Ferrand.

 

  • 14 juillet 1940

« La France qu’on n’envahit pas », chronique de Jean Guéhenno dans Marianne (allusion dans Le Figaro Littéraire du 18 juin 1949).

 

  • 23 juillet 1940

« Que d’examens de conscience depuis l’Armistice ! […] Ne nous plaignons pas de cet excès de zèle, sans aller pourtant jusqu’à condamner en nous ce qui n’était pas condamnable. Et, par exemple, il n’y a pas à rougir d’avoir chéri la liberté. […] Il n’y a point à nous blâmer, il faut au contraire nous enorgueillir d’avoir eu le culte de la personne humaine… » François Mauriac, « Ne pas se renier », Le Figaro (voir aussi « La vérité », Le Figaro, 19 juin 1940, sur les origines spirituelles de la défaite de 1940 et la nécessité d’un examen de conscience collectif des Français.]

 

  • 25 juillet 1940

« C’est le sort des idées de droite, chez nous, même les plus justes, de ne jamais triompher que grâce aux malheurs de la patrie. Le lieu commun des « fourgons étrangers» est hélas une vérité historique. » Lettre de F. Mauriac à Édouard Bourdet, reprise dans Lettres d’une vie, p. 244.

 

  • 17 août 1940

Rencontre Paulhan – Guéhenno à Carcassonne.

 

  • 22 août 1940

Abel Bonnard, «  En écoutant la voix anglaise », La Gerbe.

 

  • 10 septembre 1940

Loi limitant l’accès au barreau aux citoyens nés de père français

 

  • 19 octobre 1940

« Tous les magistrats juifs sont mis à la porte » (en application du Statut des Juifs), note Maurice Garçon.

 

  • Fin octobre 1940

Arrestation de Langevin. Guéhenno en fait mention le 6 novembre.

 

  • Novembre 1940

À Paris, Jean Grenier rencontre Guéhenno.

 

  • 20 novembre 1940

Rencontre Drieu-Jean Grenier. Drieu juge l’article de Jean Paulhan, paru en juin 1940, « inutile et déplacé ».

 

  • 26 novembre 1940

Drieu est désormais seul directeur-gérant de La NRF, avec le droit exclusif de composer les sommaires.

 

  • 1941 - 1942

Jean Guéhenno a une première supérieure à Henri IV.

 

  • 3 mars 1941

Jean Paulhan écrit à Drieu pour protester contre son article de mars 1941 dans La NRF,« Sous le dôme », attribuant la victoire de 1918 à des étrangers.

 

  • 31 mars 1941

Déjeuner Paulhan-Guéhenno chez Jean Paulhan.

 

  • 1eravril 1941

Aragon défendu par Jean Paulhan dans La NRF (« Les Echos »). Voir aussi les notules de mars 1942.

 

  • 2 mai 1941

Visite de Jean Paulhan et de Jean Guéhenno au Musée des Colonies.

 

  • 14 mai 1941

Arrestations dans le département de la Seine de juifs polonais, tchécoslovaques, ex-autrichiens.

 

  • 20 mai 1941

Jean Paulhan remercie Drieu de l’avoir sauvé

 

  • Juin 1941

Je suis partout assure que si Mauriac ose se présenter dans un café littéraire de Saint-Germain, il en sera chassé par la force.

 

  • 17 juin 1941

Conférence au Théâtre des Ambassadeurs sur « Mauriac, agent de la désagrégation française » ; le Père Maydieu, Guéhenno, Paulhan, chahutent le conférencier (Fernand Demeure).

  • 20 août 1941

Deuxième opération d’arrestations massives de juifs à Paris : 3 022 juifs étrangers et apatrides, uniquement des hommes, internés à Drancy.

 

  • 26 août 1941

Jean Guéhenno nommé professeur de première supérieure au lycée Louis-le-Grand.

 

  • 28 août 1941

Trois communistes guillotinés après jugement par la Section spéciale. M. Garçon note la servilité des magistrats et la passivité des avocats.

 

  • 1erseptembre 1941

Prestation de serment (de fidélité à la personne du chef de l'État) des magistrats.

 

  • Septembre 1941

Création du CNE (Comité national des Écrivains).

Séjour de Jean Guéhenno à Camaret, où il fait du bateau avec les Prigent (Henri et Renée). Louisette est à Montolieu.

 

  • Octobre 1941

Exposition à Paris, « Le Juif et la France ».

 

  • 21 octobre 1941

Discussion entre Jean Paulhan et Jean Guéhenno sur le langage.

 

  • 27 octobre 1941

Exécution des otages de Châteaubriant, dont Guy Môquet.

 

  • 5 novembre 1941

Jean Paulhan intervient auprès de Drieu pour que la mort de Monique Morre-Lambelin (l’amie fidèle d’Alain) soit mentionnée dans La NRF.

 

  • 25 novembre 1941

Lettre de Henry Muller (Bernard Grasset) à Jean Guéhenno pour lui annoncer que l’on a décidé de retirer de la vente dans un « intérêt commun » Journal d’un homme de 40 ans, Journal d’une « révolution », Jeunesse de la France.

Jean Guéhenno avec Jean Paulhan à la Société des études métapsychiques.

 

  • 17 novembre 1941

Maurice Garçon note les seize points du maréchal Pétain (développés dans Les Principes de la Communauté) et, en particulier le 8epoint : « Toute communauté requiert un chef. Tout chef étant responsable doit être honoré et servi. Il n'est plus digne d'être chef s'il devient oppresseur. »

 

  • 1942 – 1943

Jean Guéhenno a une première supérieure à Henri IV.

 

  • Janvier 1942

Signalprésente un reportage où apparaissent Drieu, Abel Bonnard, André Fraigneau, Kees van Dongen, Mme Abetz, dans l’atelier d’Arno Brecker. Légende d’une photo : « AVEC VIF INTÉRÊT, le professeur et Mme Brecker  écoutent les explications de M. Pierre Drieu La Rochelle. Cet écrivain appartient à la « Nouvelle Revue Française », revue qui s’intéresse aux problèmes nationaux-socialistes et fascistes. » (Source Imec, Archives de la vie littéraire sous l’Occupation)

 

  • 28 février 1942

Jean Guéhenno explique à Romain Rolland son « Rousseau ».

 

  • 2 mars 1942

« Au fond Paulhan est aussi communiste que gaulliste. »Journalde Drieu La Rochelle.

 

  • 3-4 mars 1942

Bombardements des usines Renault à Boulogne-Billancourt. 623 morts (?).

 

  • Avril – Juin 1942

Plusieurs rencontres de Jean Grenier avec Jean Paulhan et Jean Guéhenno.

Voyage en zone libre de Paulhan pour sonder l’opinion de Gide et de Claudel sur la possibilité de  reprendre la direction de LaNRF.

 

  • 29 mai 1942

Les Nazis (8e ordonnance allemande) rendent obligatoire le port de l'étoile jaune, qui doit être distribuée par la préfecture ou les commissariats, pour tous les juifs de plus de 6 ans. L’application par Vichy de cette ordonnance allemande concerne uniquement la zone occupée et commence le 7 juin. Les enfants juifs de Paris sont à l’abri des mesures d’internement et restent admis dans les écoles élémentaires et les lycées. (Les archives administratives du lycée Louis-le-Grand indiquent qu’il n’y a pratiquement plus aucun élève juif dans le lycée en 1943.)

 

  • 1erjuillet 1942

La BBC commence à diffuser des informations sur le massacre de 700 000 juifs polonais.

 

  • 8 juillet 1942

9eordonnance allemande : interdiction aux Juifs de fréquenter tous les établissements publics et d’assister aux manifestations publiques. Restaurants, cafés, théâtres, cinémas, cabines téléphoniques, leur sont interdits.

 

  • 16-17 juillet 1942

Rafle du Vel' d'Hiv : 13 000 arrestations effectuées par la police parisienne. Visés : les ressortissants allemands, ex-autrichiens, polonais, tchèques, russes soviétiques ou blancs, apatrides.

 

  • 4 septembre 1942

Loi de Vichy relative à l’orientation et à l’utilisation de la main-d’œuvre afin de mobiliser tous les hommes de 18 à 50 ans et toutes les femmes célibataires de 21 à 35 ans. (Réponse aux exigences de Fritz Sauckel, commissaire général du Reich pour l’emploi de la main-d’œuvre.)

 

  • 24 septembre 1942

Rafle des juifs roumains.

 

  • Août 1942

Avant cette date, de nombreux rapports dignes de foi sont parvenus à l’Ouest sur l’utilisation des gaz pour exterminer en masse les juifs, en provenance de la résistance polonaise, des évadés, de témoins de l’armée italienne, et même des agents de la Gestapo.

 

  • Octobre 1942

« Il y avait pour la première fois de ma vie, dans ma classe, des mouchards. » (conférence du 6 septembre 1946 aux Rencontres internationales de Genève).

 

  • 20 octobre 1942

J’accuseévoque explicitement le sort des déportés de France. Voir aussi L’Humanité d’octobre 1942.

 

  • 15 novembre 1942

Sort des déportés de France évoqué dans un tract de la Résistance.

 

  • 1943 – 1944

Jean Guéhenno, rétrogradé, nommé en quatrième à Buffon.

 

  • 11 janvier 1943

Rencontre entre Jean Grenier et Jean Guéhenno.

 

  • Février 1943

Réunion du CNE chez Édith Thomas : Paulhan, Guéhenno, Éluard, Vildrac, Sartre, Queneau, Blanzat, Camus, Seghers.

Le retard d’élèves obligés d’aller s’inscrire pour le STO, un matin, provoque la tristesse et la colère de Jean Guéhenno.

 

  • 16 février 1943

Une loi de Vichy institue un Service du travail obligatoire (STO) pour tous les jeunes gens nés en 1920, 1921 et 1922. => Réquisition d’avril-août 1942 à février 1944 de 640 000 travailleurs (sur 2 millions réclamés par le Reich).

 

  • Mars 1943

Philippe Henriot adhère à la Milice.

 

  • 9 mars 1943

Marcel Déat, dans la Nièvre, échappe à un attentat commis par un commando FTP.

 

  • 18 mars 1943

Déjeuner M. Garçon avec Tarde, O. Aubry, M. Leroy, Paulhan, C. Brabant. « Paulhan raconte avec un pétillement de joie dans les yeux les angoisses de Drieu La Rochelle. Drieu a pris la direction de La NRF avec une équipe de collaborateurs bien marqués. Et voilà qu’il sent le vide se faire autour de lui. […] Il va quitter le fauteuil directorial. » (Maurice Garçon)

 

  • 22 mars 1943

Arrestation de juifs hongrois.

 

 

  • 4 avril 1943

Bombardement important des usines Renault. (Nouvelles alertes dans la nuit du 11 au 12 avril.)

 

  • 16 juin 1943

Lettre de Jean Paulhan à Romain Rolland : « Jean Guéhenno a achevé le premier volume de son Jean-Jacques Rousseau ».

 

  • 20 juin 1943

Bombardement destructeur des usines Schneider du Creusot par la RAF (déjà bombardées en octobre 1942).

 

  • 29 juin 1943

Lettre de Jean Paulhan à Edith Thomas, à propos de la disparition de La NRF : « Elle me comble. Il y a trois ans que je la souhaitais. »

 

  • Été 1943

Rencontre Jean Grenier – Jean Guéhenno.

 

  • 13-14 juillet 1943

Bombardements des aéroports du Bourget et de Villacoublay.

 

  • 16-18 juillet 1943

Troisième congrès du Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat.  Il rassemble néo-socialistes et certains pacifistes, se veut anti-clérical et républicain.

 

  • 22 juillet 1943

Un décret de Vichy autorise les Français à s’inscrire dans la Waffen SS pour combattre le bolchévisme.

 

  • 28 juillet 1943
  • Très belle lettre de Blanzat à Guéhenno sur Jean Paulhan et le Fénéon qu’il vient d’achever.

 

  • 25 août 1943

Bombardements de Villacoublay et de Ville-d’Avray.

 

  • 4 septembre 1943

Bombardements. Attaque alliée contre les usines Renault et contre Saint-Cloud. Des éclats d’obus tombent dans la rue des Écoles.

 

  • 20 septembre 1943

Jean Guéhenno nommé professeur de première au lycée Buffon.

 

  • 18 octobre 1943

Arrestation de juifs roumains.

 

  • 20 octobre 1943

Arrestation de juifs hongrois.

 

  • 25 novembre 1943
  • Paul Collomp abattu sur sa chaire par les Allemands pendant son cours de paléographie égyptienne à Clermont-Ferrand.

 

  • 25-26 novembre 1943

Rafles de juifs hongrois, suisses, espagnols, portugais, danois, suédois, finlandais et italiens.

 

  • Décembre 1943

Le maréchal Smuts, chef de l’Union sud-africaine, déclare que la France a cessé pour très longtemps d’être une grande puissance. Son discours est mal reçu par l’opinion britannique.

 

  • 31 décembre 1943
  • Rencontre de Jean Grenier avec Jean Guéhenno, Daniel Halévy, Charles Vildrac.

 

  • Fin 1943

Philippe Henriot assure désormais quotidiennement deux éditoriaux chaque jour  à la radio.

 

  • 1944
  • Cévennes [Jean Guéhenno] : Dans la prison, Sous l’oppression, Minuit (première parution – clandestine – sous l’Occupation en 1943).
  • Arrestation de Robert Desnos par la Gestapo, à la suite d’une dénonciation.

 

  • 1erjanvier 1944

Joseph Darnand, secrétaire général de la Milice, membre du comité directeur de la Légion des volontaires français (LVF), nommé en août 1943 sturmbannführer(commandant) dans la Waffen SS, devient secrétaire d’État au maintien de l’ordre.

 

  • 18-19 avril 1944

Destruction de Juvisy par bombardement. 464 morts (?). Rouen en flammes.

 

  • 21- 22 avril 1944

Bombardement du 18earrondissement à Paris. 438 mort ( ?). Bombardement de la gare de marchandises de La Chapelle. Éclats d’obus rue Monge et rue des Écoles.

 

  • 26 avril 1944

Pétain à Paris.

 

  • 27-28 avril 1944

Bombardement des gares de marchandises de la banlieue parisienne.

 

  • Mai 1944

29 pages sur Victor Hugo et la liberté (publiées ?), dans le cahier rose de Jean Guéhenno.

 

 

  • 2 juin 1944

Jean Paulhan à Luna-Park avec Jean Guéhenno.

 

  • 9 juin 1944

Pendaisons de Tulle (99 morts)

 

  • 10 juin 1944

Oradour-sur-Glane (642 morts)

 

  • 22 juin 1944

Bombardements alliés sur Paris. Les dépôts d’essence de Saint-Ouen sont détruits.

 

  • 24 juin 1944

Bombardement de Versailles. 200 morts (?).

 

  • 28 juin 1944

Assassinat de Philippe Henriot.

 

  • 2 juillet 1944
  1. Garçon note dans son journal une manipulation d’images à la gare de Poitiers : prisonniers anglais maltraités par une foule « spontanée » (en réalité des collaborateurs des Allemands convoqués pour la circonstance). Voir le Journal des années noires.

 

  • 1erseptembre 1944

Mauriac évoque la question de l’Académie française avec de Gaulle. Il souhaite alors l’élection d’écrivains résistants, tels Paulhan, Guéhenno, Schlumberger, Maritain, Aragon, Malraux. Voir « Le problème de l’Académie » in Gavroche, 18 janvier 1945.

 

  • 11 septembre 1944

Jean Guéhenno chargé par René Capitant, à titre provisoire, de mission d’inspecteur général. Il sera chargé d’organiser les services de la Culture populaire et des mouvements de jeunesse.

 

  • 15 septembre 1944

Article de Jean Guéhenno dans Le Populaire, « La raison de la France ».

 

  • 16 septembre 1944

Ordonnance du GPRF créant les cours spéciales de justice relatives à la répression des faits de collaboration. J. Guéhenno, « Jeunesse de la France », Les Lettres françaises.

 

  • 23 septembre 1944

Jean Guéhenno, « Jean Prévost est mort à la guerre », Carrefour.

Jean Guéhenno, « La jeunesse sous la coupole », Le Figaro.

 

  • 10 octobre 1944

Chronique de Jean Guéhenno, dans Le Figaro, « La politique de la loyauté ». « Dans le petit groupe auquel j’appartenais et où j’ai, pour ma part, rappris à respirer, je retrouvais de vieux compagnons, Blanzat, Paulhan, (…) ». Texte repris pp. 101-105 dans La Part de la France.

 

  • 12 octobre 1944

Jean Guéhenno, « La France et le monde », Le Populaire « Il n’y a plus aucune folie, nous le sentons, à se vouloir citoyen du monde (…). Et ce n’est pas diminuer la France que de l’envisager comme une province du monde. Nous éprouverions la même fierté d’être Français dans la République Universelle dont rêvait déjà Hugo que d’être Bretons dans la République française. » Texte repris pp. 105-109 dans La Part de la France.

 

  • 13 novembre 1944

Circulaire de Jean Guéhenno sur les grandes orientations de sa direction : 1792 (Condorcet) et 1880 (Jules Ferry) ; refus d’opposer esprit primaire et grande culture.

 

  • Décembre 1944

Jean Guéhenno quitte l’École de l’Enseignement technique.

Jean Guéhenno va être nommé Inspecteur Général.

 

  • 3 février 1945

Jean Guéhenno nommé par René Capitant Inspecteur général de l’Instruction Publique.

 

  • 23 février 1945

Séance du Comité national des écrivains, Charte du C.N.E.

 

  • 28 février 1945

« Que la conjoncture historique ait pour résultat qu’on appelle en France depuis cinquante ans « écoles libres » des écoles qui n’ont été ouvertes que pour qu’on y enseigne aux enfants les préjugés et les partis-pris de leurs parents me semble une assez bonne plaisanterie. Mais la plaisanterie a assez duré peut-être. »

Jean Guéhenno, « L’école de la liberté », Le Populaire,

 

  • 1ermars 1945

Riposte de Mauriac à l’article de Guéhenno sur l’enseignement libre, au nom de la diversité française.

« La partie de belote », Le Figaro.[rep. in Le Bâillon dénoué] 633

 

  • 8 mars 1945

Conférence de Jean Guéhenno au Palais de Chaillot sur « L’Université dans la Résistance et dans la France nouvelle » (cf. Conférences de l’information, Office français d’édition, 1945).

 

  • 8 mai 1945

Capitulation définitive de l’Allemagne.

Circulaire de Jean Guéhenno, sur les « maison des jeunes » : surtout pas de politique d’État, revenir à la tradition démocratique de la France ; soutenir les initiatives, ne pas s’y substituer.

 

  • 9 mai 1945

Déjeuner au Cercle interallié offert par Le Figaro à Eliot-Duff Cooper, l’ambassadeur anglais, Gide, Guéhenno, Valéry, Mondor, Seghers, Schlumberger.

 

  • 29 juin 1945
  1. Guéhenno, « La question du latin », Le Figaro (voir 6 juillet 1945)

 

  • 6 juillet 1945
  1. Mauriac, « Latin d’église », Le Figaro

 

  • 12 juillet 1945

Jean Guéhenno quitte son poste à la direction de la culture populaire et des mouvements de jeunesse (cf., entre autres, intéressant article dans Le Monde du 15 décembre 1977, « Ghettos »).

 

  • 23 juillet 1945

Ouverture du procès de Pétain devant la Haute Cour de justice.

 

  • Septembre 1945

Marthe et Lucile Bouché à Montolieu.

 

  • 2-3 septembre 1945

Allusion au Front national, à Blanzat et à Guéhenno.

« […] Je n’ai pas choisi d’appartenir au Front national. Il s’est trouvé que ceux à qui j’ai eu affaire dans la résistance en faisaient partie […] »

  1. Mauriac, « Au pied du mur »,Le Figaro

 

  • Novembre 1945 – mars 1946

Tournée de Jean Guéhenno en Amérique latine.

Visite à l’Institut français d’Études supérieurs de Buenos-Aires, créé avec l’appui de Victoria Ocampo.

 

  • 1946

Jean Guéhenno assiste aux Rencontres internationales de Genève.

Dans le cahier orange de cette année (Voyage en Amérique 1945-1946), pages sur Lisbonne (et Annie Guéhenno) non publiées (voir aussi page 61).

Lettre d’Albert Camus à Jean Guéhenno : « (…) la démocratie est une aventure, en effet, et c’est même l’aventure propre de la France et de chacun de nous. C’est pourquoi il n’y a pas de démocrates repus. (…) J’ai beaucoup de choses en commun avec vous, mais d’abord une fidélité aux mêmes origines. Voilà pourquoi avec vous, avec Guilloux, il me semble que je peux laisser parler un peu ce que j’ai de plus profond (…) » (Réf. Publication de la Bibl. de Fougères).

La France dans [et] le monde, Paris, Éditions de la Liberté. (Guéhenno avait souhaité le titre La France et le monde, cf. article Figaro littéraire, 6 juillet 1946).

 

  • 13 mars 1946

Jean Guéhenno est nommé au Conseil central de la Radiodiffusion.

 

  • 29 juin 1946

« La France et le Monde », par Jean Guéhenno, Le Figaro Littéraire.

 

  • 6 septembre 1946

Conférence de Jean Guéhenno, rep. in Benda – Bernanos – Jaspers – Spender – Guéhenno – Flora - Rougemont – Salis – Lukacs, L’Esprit européen. Textes in-extenso des conférences et des entretiens organisés par lesRencontres internationales de Genève en 1946, La Presse française et étrangère, Oreste Zeluck, 1947, pp. 105-118.

 

  • 20 septembre 1946

Polémique de Pierre Courtade  contre Guéhenno, dans Action,« La révolution, mais… ».

 

  • 27 septembre 1946

Jean Guéhenno sollicité par la Délégation française à l’UNESCO.

 

  • 19 octobre 1946

Guéhenno riposte à Pierre Courtade, à propos de La France et le monde, dans Gavroche, « La foi et la mauvaise foi ».

 

  • 9 décembre 1946

Jean Guéhenno admis comme membre sociétaire de la Société des Gens de Lettres.

 

  • 20 décembre 1946

Mariage avec Annette Rospabé.

 

  • 18 janvier 1947

« En relisant Jaurès », par Jean Guéhenno dans Le Populaire.

 

  • 5 mars 1947

Lettre intéressante de Blanzat à Jean Guéhenno sur le conflit opposant Jean Paulhan au CNE, conflit qui va rebondir avec la décision de Paulhan de publier Jouhandeau, Giono, dans Les Cahiers de la Pléiade, «  à côté de Gide et Malraux qui y consentent ».

 

  • Mai 1947

Jean Guéhenno, Journal des années noires, Gallimard.

 

  • 4 juin 1947

Daniel Halévy demande des explications à Guéhenno sur les pages 19 et 53 du Journal des années noires, qui le concernent.

 

  • 17 juin 1947

Daniel Halévy demande l’encartage, dans les exemplaires restés chez l’éditeur, de sa « réponse ».

 

  • 28 juin 1947

Daniel Halévy demande encore quelques modifications.

 

  • Juillet 1947

Cambriolage chez les Guéhenno.

 

  • 11 juillet 1947

« Guéhenno-la-haine » (article apparemment non signé, plus tard publié dans un livre de Claude Jamet), in Paroles Françaises, in Engagements, Images et Portraits d’Écrivains, suivis de la Confession sans repentir de l’auteur de Fifi Roi, Le Lotus d’Or, 1949, pp. 75-78.

 

  • 18 juillet 1947

Jean Paulhan fait partie avec Guéhenno, Siegfried, Herriot, de la Commission de radio éducative, relevant de la Direction des Mouvements de jeunesse et d’éducation populaire.

 

  • Août 1947

Jean Paulhan au chalet de Barthe, par Brassac, Tarn, avec Arland et R. Drouin. (Allusion à l’épreuve du voyage pour Germaine et surtout aux sordides querelles rallumées par la quatrième lettre de Jean Paulhan aux directeurs…, dans une lettre de Blanzat à Guéhenno, le 1eraoût 1947.

 

  • 4 octobre 1947

Lettre de Marianne Halévy à propos du Journal des années noires, prenant la défense de son mari.

 

  • 22 octobre 1947

Lettre proposant le duel à Guéhenno, venant du fils de Daniel Halévy.

 

  • 26 octobre 1947

Cf. 22 octobre 1947 (deuxième lettre).

 

  • 1948

Jean Guéhenno publie le Tome I de son Jean-Jacques, En marge des Confessions, 1712-1750, chez Grasset.

 

  • 1erjanvier 1948

Claude Morgan, « Des imposteurs de première force », Les Lettres françaises, p. 2 [à propos de Jean Guéhenno expliquant à la radio les raisons de son adhésion à la Troisième force].

« (…) Ce déguisement des buts de l’impérialisme, pauvre petit bavardage humaniste, cette phraséologie généreuse et les professions de foi débordantes de vertu, a quelque chose de spécifiquement répugnant. Si certains hommes de bonne foi ont pu s’y laisser prendre, l’excuse ne vaut pas pour des roublards de la trempe de Sartre et de Guéhenno (…). Dès lors, il ne reste plus, hélas ! qu’à invoquer la simple malhonnêteté intellectuelle. »

 

  • 10 juin 1948

Lettre de Blanzat à Guéhenno sur son Rousseau et l’estime que Paulhan lui porte.

 

  • 2 octobre 1948

Mariage de Louise Guéhenno avec Julien Étoré (1923-1991)  à Montolieu.

 

  • Novembre 1948

Séjour en clinique d’Annie Guéhenno. Presque après son retour à la maison, départ de Jean Guéhenno pour la Syrie et le Liban.

 

  • 1949

Jean Guéhenno publie en volume La Part de la France.

 

  • 12 février 1949

Article de Guéhenno, « Sur une image du Vinci : rencontre avec la jeunesse », dans Le Figaro Littéraire.

 

  • 23 juin 1949

Conférence de Jean Guéhenno à Elseneur. L’UNESCO charge Guéhenno de parler de l’éducation populaire à la Conférence internationale de l’Éducation des adultes à Elseneur (exposé repris dans Les Aventures de l’esprit).

 

  • 30 octobre 1949

Naissance de Jean-Marie Guéhenno.

 

  • Novembre 1949

Candidature de Jean Guéhenno au Collège de France (cf. lettre d’A. Siegfried, en date du 8 nov. 1949).

 

  • 1950

Jean Guéhenno publie le Tome II de son Jean-Jacques, Roman et Vérité 1750-1758, chez Grasset.

 

  • 5 janvier 1950

Attaques d’Andrée Viollis, dans Les Lettres françaises, contre Jean Guéhenno (« Tel qui fit Vendredi – lettre à Jean Guéhenno »).

 

  • 18 janvier 1950

Réponse de Jean Guéhenno, dans Le Figaro, sous le titre « L’imposture ».

 

  • Juin 1950

Rencontre internationale de Genève, prélude aux Rencontres du XXè siècle, organisées par Preuves(Congrès pour la liberté et la culture), qui commencèrent en 1951, Raymond Aron, Cassou, Jean Guéhenno, Malraux, Pierre Emmanuel, Daniel Halévy.

Financement venant de la CIA, à l’insu des participants.

 

  • 15 juillet 1950
  1. Guéhenno, « La nuit de Jessica » [sur un essai d’André Malraux consacré à Goya] », Le Figaro littéraire.

 

  • 8 août 1950

À propos de l’appel lancé au gouvernement français à appuyer la demande d’adhésion de la Chine populaire à l’ONU, signé par Gide, Sartre, Massignon, Cassou, Guéhenno, Claude Bourdet.

  1. Mauriac, « Un malencontreux appel », Le Figaro.

 

  • 21 août 1950

À propos de l’appel lancé au gouvernement français à appuyer la demande d’adhésion de la Chine populaire à l’ONU, signé par Gide, Sartre, Massignon, Cassou, Guéhenno, Claude Bourdet.

« […] J’admire que le métier d’écrivain confère à ceux qui le pratiquent le droit d’enfler la voix au nom de la conscience humaine comme s’ils en étaient l’incarnation. […] Quant à moi, je suis bien résolu ne plus donner mon nom pour tous ces manifestes et ces appels que lorsqu’il s’agira d’empêcher quelque part un homme d’être pendu. »

  1. Mauriac, « Les intellectuels et la politique »,Le Figaro

 

  • Novembre 1950

Article sur Jean Guéhenno dans la Nouvelle critique, « Jean Guéhenno, le pêcheur de coques », par Michel Rouze.

 

  • 18 novembre 1950
  1. Guéhenno, « Barbarus hic ego sum », Le Figaro littéraire, p. 1 et 3 [pour le 200èmeanniversaire du Discours sur les Sciences et les Arts].

 

  • 30 décembre 1950

André Rousseaux, Les Livres, « Jean-Jacques, martyr de la vérité – sur Jean-Jacques, II, Roman et Vérité 1750-1758 », Le Figaro littéraire, p. 2.

 

  • 23 octobre 1951

Causerie de Jean Guéhenno sur Rousseau.

 

  • 24 novembre 1951

Jean Guéhenno, « La révolte humaine. Mais non, la vie n’est pas absurde », Le Figaro Littéraire.

 

  • Décembre 1951

Le Ministère de l’Éducation nationale propose Jean Guéhenno pour l’inspection du personnel enseignant des territoires de l’A.E.F. et du Cameroun.

Conférence de Jean Guéhenno à Fribourg (Suisse) sur l’humanisme laïc.

 

  • 1952

Jean Guéhenno, Voyages, Tournée américaine, Tournée africaine.

Jean Guéhenno publie le tome III de son Jean-Jacques, Grandeur et misère d’un esprit 1758-1778, chez Gallimard.

 

  • Janvier – février 1952

Tournée de Jean Guéhenno en Afrique noire (A.E.F.).

 

  • Mai 1952

Congrès à Paris pour la liberté de la culture, conférence de Jean Guéhenno.

 

  • 10 mai 1952

Article de Guéhenno, « Tournée africaine : les noirs à l’école », dans Le Figaro Littéraire.

 

  • 17 mai 1952

Article de Guéhenno, « Ma tournée africaine : la civilisation rend le gouvernement difficile », dans Le Figaro Littéraire.

 

  • Septembre 1952

Le tome III de Jean-Jacquesvient de paraître chez Gallimard.

 

  • Octobre 1952

Jean Guéhenno : « Entretien avec de jeunes journalistes », paru dans Preuves, repris dans Les Aventures de l’Esprit, Gallimard, 1954.

 

  • 25 novembre 1952

Article de Jean Guéhenno dans Franc-Tireur contre l’admission de l’Espagne franquiste à l’UNESCO.

 

  • 29 novembre 1952

Mort de la mère d’Annie Guéhenno.

 

  • 29 avril 1953

Jean Guéhenno mis en position de mission auprès du Haut Commissaire de la République en A.O.F. et du Commissaire de la République au Togo, en vue de l’inspection du personnel enseignant de ces territoires (mission de deux mois). Cf. « Nouvelle tournée africaine », Le Figaro Littéraire du 19 septembre 1953, « Un blanc devant les noirs », Figaro du 26 septembre 1953.

 

  • Juin 1953

Jean Guéhenno reçoit le Prix des Ambassadeurs pour son Jean-Jacques.

 

  • 4 juillet 1953

Avec le lauréat des Ambassadeurs : « ‘J’ai eu la chance, dit Jean Guéhenno, de vivre le malheur de la pauvreté’, propos recueillis par Paul Guth », Le Figaro Littéraire.

 

  • 19 septembre 1953

Jean Guéhenno, « Nouvelle tournée africaine », Le Figaro Littéraire.

 

  • 26 septembre 1953

Jean Guéhenno, « Un blanc devant les noirs »,  Le Figaro.

 

  • Octobre 1953

Jean Guéhenno publie dans LaNRF « Si j’avais à enseigner la France », pp. 577-585, des pages qui se retrouveront dans La France et les Noirs, Gallimard, 1954.

 

  • 1954

Jean Guéhenno : Les Aventures de l’Esprit, La France et les noirs.

 

  • 22, 23, 24 et 26 avril 1954

Jean Guéhenno publie quatre articles dans Le Figaro, sous le titre général ; « Le désaccord de l’école et de la vie ».

 

  • Octobre 1954
  • Jean Guéhenno prend la parole au « pèlerinage » de Medan.

La marine française porte secours aux catholiques vietnamiens qui fuient le régime communiste sur des embarcations de fortune. Le transfert vers le Sud de ces réfugiés s’ajoute à celui des réfugiés qui suivent le repli des troupes françaises : pont aérien et bateaux.

 

  • Janvier 1955

Jean Guéhenno reçoit le Grand Prix de la Ville de Paris.

 

  • 19 janvier 1955

« La gloire de Jaurès », par Jean Guéhenno Le Figaro.

 

  • Février – mars 1955

Mission d’inspection de Jean Guéhenno en Algérie.

 

  • 26 octobre 1955

Jean Guéhenno parle à la séance inaugurale du Centre d’éducation ouvrière au siège de la CGT-FO : « La culture n’est pas faite pour rendre les gens heureux, mais (…) plus inquiets ».

 

  • Novembre 1955

Jean Guéhenno fait partie du Comité contre la guerre en Algérie.

Il publie « La dernière confession de Jean-Jacques », La NRF, pp. 855-866.

 

  • 1ermai – 13 juin 1956

Voyage de Jean Guéhenno à Madagascar et à la Réunion, article (non publié en volume, semble-t-il). Les archives Guéhenno possèdent le texte intégral du récit de ce voyage, publié en extraits dans Le Figaro. Voir le cahier bleu sombre. Cf. « Choses vues à Madagascar », Le Figaro Littéraire, 17 novembre 1956.

 

  • Septembre 1956

Rencontres internationales de Genève sur le thème « Tradition et Innovation » (Cf. Caliban et Prospero).

 

  • 3– 4 novembre 1956

Article de Guéhenno, « Le rajeunissement de la France », dans Le Figaro.

 

  • 17 novembre 1956

Texte de Jean Guéhenno sur Madagascar dans Le Figaro Littéraire, « Choses vues à Madagascar ».

 

  • 29 – 30 décembre 1956

Article de Guéhenno, « La vraie révolution », dansLe Figaro.

 

  • 1957

Jean Guéhenno : La Foi difficile (Cf. André Rousseaux, « L’humanisme inquiet de Guéhenno », repris dans Littérature du XXèsiècle, tome V, Albin Michel, 1958, pp. 175-184.)

 

  • Février 1957

Jean Guéhenno Commandeur de l’Ordre des Palmes Académiques.

Sortie de La Foi difficile, Grasset.

 

  • Juin 1957

La Foi difficile, Grasset, février 1957. Robert Abirached rend compte du livre dans LaNRF, pp. 1107-1108.

 

  • Septembre 1957

Voyage de Jean Guéhenno en Asie, article dans Le Figaro Littéraire, article (non publié en volume, semble-t-il).

 

  • Octobre 1957

Jean Guéhenno : « Lettre à quelques amis Japonais sur “ le mélange des cultures” ».

 

  • 1958

Jean Guéhenno est Commandeur de la Légion d’honneur.

 

  • Mars 1958

Jean Guéhenno, « Tolstoï : guerre et paix avec la mort », Le Figaro Littéraire, 1ermars 1958.

 

 

  • Septembre 1958

Installation de Jean Guéhenno au 35, rue Pierre Nicole.

 

  • 1ernovembre 1958

Jean Guéhenno, « Le poète et son peuple », Le Figaro Littéraire, 1ernovembre 1958.

 

  • 1erdécembre 1958

Hommage à Roger Martin du Gard, 1881-1958, N° spécial de LaNNRF,déc. 1958,

Jean Guéhenno, « Le sens d’un certain honneur », pp. 78-83.

 

  • 1959

Sur le Chemin des Hommes.

Prix Ève Delacroix pour Jean Guéhenno.

 

  • Janvier – février 1959

Voyage de Guéhenno en Afrique noire.

 

  • 1erfévrier 1959

Jean Guéhenno, « Sur le Chemin des Hommes », La NRF, pp. 206-233. Le premier chapitre du livre (pp. 7-51 dans l’édition Grasset) lui a donné son titre.

 

  • 20 juin 1959

Article de Jean Guéhenno sur son voyage en Afrique noire, dans Le Figaro Littéraire, « Afrique libre, An 1 ».

 

  • 22 août 1959

Jean Guéhenno, « Pour le centenaire de sa naissance, Jean Jaurès député français », Le Figaro Littéraire.

 

  • 18 septembre 1959

Nice-Matin annonce la candidature de Jean Guéhenno à l’Académie française, au fauteuil de Robert Kemp.

 

  • 2èmequinzaine d’août 1960

Le manifeste des 121 n’est pas signé par Guéhenno

 

  • 17 septembre 1960

« Le joueur et le témoin », de Jean Guéhenno, dansLe Figaro Littéraire.

 

  • 1961

Jean Guéhenno : Changer la vie, mon enfance et ma jeunesse.

Retraite de l’Inspection Générale pour Jean Guéhenno.

 

  • Février 1961

Jean Guéhenno, « Peïné ou le Paradis perdu », NRF,  pp. 193-209. Il s’agit du deuxième chapitre de Changer la vie, Grasset, 1961.

 

  • 26 mai 1961, Guéhenno a été recruté par l’école française de Middleburry (Vermont États-Unis) comme « visiting professor » pendant la session des vacances d’été (du 1erjuillet au 17 août). Il y fera un cours sur « le mouvement de la pensée en France de 1870 à nos jours » Lettre du 26 mai 1961 de Guéhenno à Ch. Brunold, alors Directeur général de l’Inspection Générale. ANF F17, 27848/67.

 

  • 1962

Réédition du Rousseau de Guéhenno, sous le titre Jean-Jacques, Histoire d’une conscience, chez Gallimard (deux volumes – 1ervol. : En marge des Confessions 1712-1750 ; Roman et Vérité 1750-1758 – 2èmevol. : Grandeur et misère d’un esprit).

 

  • 25 janvier 1962

Élection de Jean Guéhenno à l’Académie française.

 

  • 4 février 1962

Accident de Jean Guéhenno.

 

  • 28 juin 1962

Exposé sur « Jean-Jacques Rousseau et Genève » prononcé par Jean Guéhenno lors de la commémoration organisée par l’Université ouvrière pour le 250eanniversaire de la naissance de Rousseau (texte repris dans Caliban et Prospero).

 

  • 1963

Conférence de Jean Guéhenno à Béthune pour le Comité de l’Alliance française.

 

  • 24 janvier 1963

Conférence de Jean Guéhenno à la salle des fêtes du Cercle alençonnais de la Ligue de l’Enseignement.

 

  • 2 février 1963

Paroles très chaleureuses de Jean Guéhenno sur l’élection de Jean Paulhan, dans Le Figaro Littéraire.

 

  • 20 février 1963

Pétition en faveur d’un statut « acceptable par les objecteurs [de conscience], un projet qui ne les laisse à aucun prix sous le contrôle militaire ».Pétition signée par le Père Avril, Marcel Aymé, Claude Autant-Lara, Maître Robert Badinter, Bernard Blier, Claude Bourdet, Georges Brassens, Pierre Brasseur, André Cayatte, Gilbert Cesbron, Félicien Challaye, Jean Cocteau, Père Yves Congar, Jacques Debû-Bridel, Jean-Marie Domenach, René Dumont, Élise et Célestin Freinet, Jean-Galtier Boissière, Yves Gineau, Jean Guéhenno, Wladimir Jankelevitch, Claude Jamet, Charles-André Julien, Alfred Kastler, André Maurois, Clara Malraux, Louis Martin-Chauffier, Gabriel Marcel, Pasteur Roger Mehl, Jacques Mitterrand, Théodore Monod, Yves Montand, Pasteur Jacques Maury, Daniel Mayer, François Mauriac, Maurice Nadeau, Georges Navel, Jean Paulhan, François Perier, André Philip, Henry Poulaille, Abbé Pierre, Jacques Prévert, Serge Reggiani, David Rousset, Claude Roy, Mme Romain-Rolland, Laurent Schwartz, Simone Signoret, Michel Simon, Henri Tisot, Jean Vilar, Charles Vildrac. Voir la revueDéfense de l’homme(Louis Lecoin).

 

  • Avril 1963

Jean Paulhan à  Guillaume de Tarde : « Je crois avoir gagné Jean Guéhenno à la cause de [Louis] Armand ».

 

  • 15 et 16 septembre 1963

Guéhenno est en Belgique pour des conférences.

 

  • 27 décembre 1963

Jean Guéhenno publie « Notre ‘vulgaire’ », Le Figaro.

 

  • 1964

Ce que je crois, de Jean Guéhenno.

 

  • 5 janvier 1964

Jean Guéhenno publie dans Le Figaro un article où il cite Renan et ses Feuilles détachées, « Cette fameuse ‘clarté’ ».

 

  • 9 janvier 1964

Guéhenno fait quatre conférences en Belgique.

 

  • Mars 1964

Conférence de Jean Guéhenno au profit du Comité antituberculeux, à l’Hôtel de Paris, à Laval.

 

  • 30 juillet 1964

Jean Guéhenno publie « Pour la Paix… Pardonnez-nous, jeunes gens », Le Figaro Littéraire 30 juillet – 5 août 1964, p. 8.

 

  • 7 octobre 1964

Guéhenno, « La Liberté endormie », Le Figaro, p. 1.

 

  • 19 juillet 1965

« Le 14 juillet du tour », Le Figaro, Guéhenno y fait un parallèle avec le triste 14 juillet 1940.

 

  • 16 – 30 septembre 1965

Voyage de Jean Guéhenno en URSS, avec 8 autres membres de l’Institut (dont Jacques Chastenet).

 

  • 19 décembre 1965

Dans Le Monde, « Une certaine idée de la France » de Jean Guéhenno appelle à voter contre le Général de Gaulle. « Pour défendre la République » d’ André Chamson appelle à voter pour le Général de Gaulle.

 

  • 1966

Jean Paulhan signe la pétition contre les bases de fusées du plateau d’Albion, avec Char, Giono, Sartre, Raymond Aron, Barthes, Guillevic, P. Emmanuel.

 

  • 3 février 1966

Jean Guéhenno dans Le Figaro Littéraire : « Il y a cent ans naissait… Romain Rolland – L’homme des ‘mauvaises causes’ ».

 

  • Mars 1967

Jean Guéhenno, « Renan » La NRF, pp. 965-982.

 

  • 1968

Jean Guéhenno : La Mort des autres.

 

  • 3 mai 1968

Jean Guéhenno signe ses ouvrages à la librairie Arthème Fayard de Grenoble.

 

  • 11 juin 1968

Opération Jéricho. « Jean Guéhenno et Jean Rostand à la tête de la manifestation des écrivains devant la maison de l’ORTF ».

 

  • Septembre 1968

Jean Guéhenno participe au journal parlé de Radio-Luxembourg.

 

  • 4 septembre 1968

Discours prononcé par Jean Guéhenno à Saint-Malo pour le deuxième centenaire de la naissance de Chateaubriand, « Chateaubriand et l’Académie » (repris in Caliban et Prospero).

 

  • 30 mai 1969

Article de Jean Guéhenno sur Jean Paulhan, dans Le Figaro : « Un esprit insaisissable ».

 

  • 1970

Participation de Jean Guéhenno au colloque sur Gide, au Collège de France.

 

  • Mai 1972
  • Séjour,  colloque international organisé, entre autres par l’Association des amis de Stendhal, à Bologne les 15-16-17 mai 1972 sur le thème "Stendhal e Bologna". Départ pour Parme ensuite.

 

  • Avril 1977

Jean Guéhenno quitte Le Figaro.

 

  • Octobre 1977

Jacques Fauvet appelle Jean Guéhenno au Monde.

 

  • Février 1978

Émissions de Jean Guéhenno pendant une semaine, tous les matins, à 8 h moins 5 (« Matinales »), enregistrées avant en une seule fois.

 

  • 9 avril 1978

Entretien de Jean Guéhenno chez lui avec MRR (?) et Patrice Galbeau.

 

  • 22 septembre 1978

Mort de Jean Guéhenno.